Le Pouvoir du Témoignage

Il y a quelque temps, je parlais avec une femme qui, bien que baptisée à l’âge de huit ans, était inactive dans l’Église depuis de nombreuses années. Dans les différentes régions du pays où elle et son mari avaient vécu, ils avaient été contactés de temps en temps par différents membres de l’Église qui essayaient de raviver leur intérêt et s’efforçaient de les amener à assister à leurs réunions.

Cette sœur venait tout juste d’accepter un poste dans l’organisation de la Société de secours, et quand je lui ai demandé ce qui était arrivé pour la toucher et la faire répondre à la mission, elle s’est arrêtée un moment puis m’a donné une réponse intéressante.

 » Je pense pouvoir dire que c’était le témoignage sincère et humble des deux professeurs visiteurs de la Société de secours qui m’ont appelée un jour « , a-t-elle répondu.  » J’ai été profondément touchée lorsqu’ils ont parlé de la Société de secours, des merveilleuses sœurs qui y ont assisté et de l’importance et de la valeur de tout le programme de l’Église. J’ai soudainement senti qu’il me manquait quelque chose, et que cela devait être important parce qu’ils ressentaient si profondément les choses qu’ils me disaient. Je suis si heureux qu’ils aient eu la douce patience et la compréhension de me rendre visite et de porter leurs témoignages, parce que maintenant, moi aussi, je profite des bénédictions de l’Évangile et de la joie de l’activité dans l’Église. »

Un témoignage est une chose privée, et pourtant c’est quelque chose qui doit être partagé si nous voulons assumer nos responsabilités d’enseigner l’Évangile à chaque nation, famille, langue et peuple. Je me demande souvent combien de personnes supplémentaires nous pourrions atteindre si chacun de nous portait simplement ses témoignages à nos voisins et amis au fur et à mesure des occasions appropriées. Nous ne devrions jamais avoir honte de l’évangile du Christ ni hésiter à porter notre témoignage de peur d’offenser nos amis et nos voisins.

Je me souviens d’une conférence de pieu en Hollande à laquelle Sœur Tanner et moi avons assisté alors que je présidais la Mission d’Europe occidentale. Ils ont appelé quatre jeunes à prendre la parole lors de cette réunion, et Sœur Tanner et moi n’avons pas compris un mot qui a été prononcé depuis le début de la réunion jusqu’à une heure et demie plus tard. Je n’aurais pas pensé pouvoir profiter d’une réunion dans ces conditions, mais nous l’avons vraiment fait. Nous pouvions sentir l’Esprit du Seigneur présent là-bas, et nous savions que ces jeunes et les autres intervenants portaient des témoignages fervents.

Pendant que je me tenais à parler, j’ai demandé à l’interprète de demander aux jeunes depuis combien de temps ils étaient dans l’Église. L’une des filles n’avait été à l’Église que trois mois, et l’un des garçons quatre mois. Je pouvais dire qu’ils avaient porté de beaux témoignages, et cela m’a donné un témoignage plus fort que je n’en avais eu auparavant.

En discutant avec eux après la rencontre, par l’intermédiaire d’un interprète, j’ai constaté qu’ils avaient vraiment un témoignage que Dieu vit et que Jésus est le Christ. Ils savaient de tout leur cœur que Joseph Smith était un prophète et qu’il avait réellement vu Dieu, le Père Éternel, et son Fils, Jésus-Christ ; qu’ils lui avaient parlé et l’avaient instruit; que le Christ était venu et a donné sa vie pour nous ; et qu’à travers sa crucifixion et sa résurrection, nous serons tous ressuscités et pourrons, si nous acceptons et vivons les principes de l’Évangile, retourner en présence de notre Père Céleste.

Quand une personne connaît ces choses et en a une conviction profonde, elle peut porter un témoignage dans n’importe quelle langue et être comprise par ceux qui partagent le même témoignage de vérité, parce que l’Esprit nous témoigne de la véracité des choses de l’Esprit.

Peu de temps après cette expérience en Hollande, j’ai eu l’occasion de prendre la parole lors d’une conférence de la jeunesse en France et j’y ai vécu la même expérience. Bien que la majeure partie de la réunion se soit déroulée en anglais, nous avons eu quelques témoignages en français; encore une fois, nous pouvions sentir l’esprit de ce qui se disait, même si nous ne pouvions pas traduire littéralement les mots.

Les témoignages peuvent être puissants. Brigham Young a déclaré: « Cette Église est soutenue par les témoignages individuels de ses membres. »Il a également dit que plus de témoignages sont obtenus sur les pieds que sur les genoux priant pour eux. Il est important pour nous de reconnaître publiquement la bonté du Seigneur envers nous et de nous fortifier les uns les autres à travers nos expériences spirituelles et de promotion de la foi. Bien sûr, certaines choses sont sacrées et privées et ne doivent pas être racontées en public, mais sont réservées aux membres individuels et proches de la famille. Un bon jugement dictera les expériences que l’on peut partager avec tous.

Deux de nos missionnaires en Europe nous ont parlé d’une famille qu’ils ont eu le plaisir d’enseigner et de convertir et qui vivait fermée à un haut conseiller sur le bûcher. Lorsqu’ils ont invité le haut conseiller à assister au service baptismal, il a été extrêmement surpris et a dit: « Je ne savais pas qu’ils seraient intéressés par l’Église. »

Quand j’habitais au Canada, j’ai déjeuné un jour avec un homme avec qui je travaillais depuis un certain temps. Je lui ai demandé ce qu’il savait de l’Église et je l’ai invité à venir à une réunion de sacrement avec moi.

Il a dit: « Puis-je assister à votre église? »J’ai dit: « Bien sûr que tu peux. Pourquoi pensiez-vous que vous ne pouviez pas? »Puis il a dit qu’il avait visité l’un de nos temples et qu’ils ne le laisseraient pas entrer. Personne n’avait pris la peine d’expliquer la différence entre le temple et nos salles de réunions régulières, ou de décrire les programmes de l’Église, alors il a eu l’idée qu’il n’était pas le bienvenu.

J’ai fait ce que j’ai pu pour lui assurer qu’il était le bienvenu et qu’il en valait la peine d’y assister. J’ai expliqué nos programmes pour les femmes et les enfants, et bien que lui et sa femme soient des buveurs sociaux et qu’elle fume beaucoup, ils sont apparus à une réunion un dimanche. Ils ont été cordialement accueillis et se sont sentis les bienvenus. Avant longtemps, ils étaient membres de l’Église, ont depuis occupé des postes importants et leurs enfants ont servi comme missionnaires. En conséquence de leurs efforts, son père et sa mère sont membres de l’Église; son père et sa mère ont été baptisés; et ses deux frères et une sœur et leurs familles sont tous membres de l’Église.

Quelle perte si j’avais manqué l’occasion de parler de l’Église à cet homme ! Je frissonne de penser à ma position quand je l’ai rencontré de l’autre côté et qu’il m’a pointé du doigt et m’a dit: « Pourquoi ne m’as-tu pas dit? »

Je me souviens d’une histoire d’un jeune garçon qui avait invité ses amis à une fête prévue à l’extérieur, mais le temps était tel qu’ils devaient se déplacer à l’intérieur. Un groupe de garçons peut créer pas mal de bruit, et la mère commençait à ressentir la tension de tout cela. Elle a soudainement annoncé qu’elle allait remettre un prix. Ils se sont tous arrêtés pour écouter, et elle a continué en disant qu’elle allait donner un prix au garçon qui pourrait faire le visage le plus laid.

Elle leur a donné quelques minutes pour s’entraîner, puis a appelé son mari et lui a annoncé qu’il serait le juge et choisirait le garçon qui pourrait faire le visage le plus laid. Il a fait le tour de la pièce, délibéré de manière très réfléchie et a finalement pris sa décision. S’arrêtant devant un garçon, il a annoncé: « Tu es le gagnant. »Le garçon surpris répondit: « Mais je ne jouais même pas. »

Il en est de même pour nous en tant que membres de l’Église. Nous ne travaillons peut-être même pas à essayer de faire des conversions ou à influencer les gens, mais souvent ils nous regardent et jugent l’Église par nos actions. J’ai entendu plus d’une histoire sur des personnes qui ont rejoint l’Église parce que les actions d’amis ou de voisins les ont incités à enquêter sur une église qui se révélerait être de si bons individus. Il est triste de devoir dire que les actions de certains de nos membres ne parlent pas bien pour l’Église et provoquent la désillusion de certains.

Que chacun de nous vive de manière à être vaillant dans la cause de la vérité et de la justice, et que notre lumière brille tellement devant les hommes qu’ils verront nos bonnes œuvres et seront conduits à enquêter sur les vérités évangéliques que nous épousons. Puissions-nous le faire en portant un témoignage fervent en paroles et en actes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.