Leronlimab (PRO 140) Avance en tant que candidat à la thérapie combinée du VIH

Les fabricants de leronlimab (PRO 140) ont déposé la partie non clinique de la demande de licence de produits biologiques (BLA) du médicament en tant que thérapie combinée pour le VIH, la première des 3 sections de la soumission, en utilisant le processus d’examen continu de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

« Il s’agit de l’étape la plus importante de l’histoire de CytoDyn », a déclaré Nader Pourhassan, PhD, président, PDG et directeur de CytoDyn, la société développant PRO 140, dans un communiqué.

« Nous continuons à exécuter la soumission de notre BLA et sommes bien positionnés pour des revenus potentiels en 2020, sous réserve de l’approbation finale. Notre équipe travaille avec diligence pour compléter les parties clinique et CMC, qui représentent les deux autres composantes de la BLA. Nous évaluons également actuellement certaines possibilités de licence relatives à la commercialisation du leronlimab après approbation. »

Le PRO 140, qui fait partie d’une nouvelle classe de thérapies appelées inhibiteurs de l’entrée virale, est un mAb IgG4 humanisé expérimental qui agit comme un antagoniste du CCR5 pour bloquer les récepteurs cellulaires qui, selon les chercheurs, pourraient jouer un rôle central dans l’infection par le VIH. Il pourrait finalement être utilisé en association avec un traitement antirétroviral hautement actif (HAART).

À ce jour, le leronlimab a été testé chez plus de 700 personnes au cours de 9 essais cliniques de phase 1/2/3, les données de phase 3 montrant un succès lorsqu’il est utilisé en association avec un traitement antirétroviral standard (TAR) chez des patients séropositifs ayant déjà reçu un traitement. Les participants ont démontré une charge virale du VIH significativement réduite ou contrôlée sur le médicament.

L’avantage pour les patients est que les exigences posologiques sont moins fréquentes par rapport aux traitements médicamenteux quotidiens, ainsi que potentiellement moins d’effets secondaires.

Un essai d’investigation de phase 3 testant PRO 140 en monothérapie une fois par semaine pour les patients séropositifs est également en cours.

« Les résultats cliniques à ce jour de plusieurs essais ont montré que le leronlimab (PRO 140) peut réduire considérablement la charge virale chez les personnes infectées par le VIH sans effets indésirables graves liés au médicament signalés », a rapporté un communiqué de CytoDyn. « De plus, les résultats d’un essai clinique de phase 2b ont démontré que le leronlimab (PRO 140) en monothérapie peut empêcher la fuite virale chez les patients infectés par le VIH, certains patients sous leronlimab en monothérapie restant viralement supprimés pendant plus de 4 ans. »

CytoDyn prévoit également de lancer des essais cliniques pour tester l’efficacité du PRO 140 dans un contexte de cancer et mène actuellement des essais pour tester son efficacité dans le trafic de cellules immunitaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.