Plica neuropathica (Plica polonica) suite à une pancytopénie induite par l’Azathioprine Joshi R, Singh S-Int J Trichol

 Table des Matières
RAPPORT DE CAS
Année : 2010 / Volume : 2 / Numéro : 2 / Page : 110-112

Plica neuropathica (Plica polonica) suite à une pancytopénie induite par l’Azathioprine
Rajiv Joshi, Simran Singh
Hôpital P. D. Hinduja, Mahim, Mumbai, Inde

Date de publication sur le Web 9-Mars-2011

Adresse de correspondance:
Rajiv Joshi
14, Jay Mahal, A Road, Churchgate, Mumbai – 400 020
Inde
 Connectez-vous pour accéder à l'identifiant E-mail

Source de soutien: Aucun, Conflit d’intérêts: Aucun

 Références croisées Vérifier

DOI: 10.4103/0974-7753.77523

 Droits et Autorisations

Résumé

Une femme de 54 ans, sous azathioprine pour une maladie pulmonaire interstitielle, a développé une pancytopénie et s’est présentée avec l’apparition soudaine d’une perte de cheveux étendue du cuir chevelu suivie pendant la nuit par l’apparition d’une large masse allongée de cheveux emmêlés incombrables qui avaient l’apparence typique de Plica neuropathica. L’examen microscopique des cheveux coupés de la masse emmêlée a révélé des fractures irrégulières, nodales et superficielles de la tige du cheveu ressemblant à Trichorrhexis nodosa et un ébouriffement irrégulier des cuticules. Les zones de lésions cuticulaires semblaient sombres sous une lumière polarisée. Plica neuropathica suite à une pancytopénie est inhabituelle et les résultats de lésions cuticulaires de la tige capillaire suggèrent que des changements dans les caractéristiques de surface des tiges capillaires peuvent avoir conduit à un tapis irréversible conduisant au développement de plica ainsi qu’à une perte de cheveux étendue due à un effluvium anagène.

Mots-clés: Azathioprine, pancytopénie, plica neuropathica, plica polonica

Comment citer cet article:
Joshi R, Singh S. Plica neuropathica (Plica polonica) suite à une pancytopénie induite par l’Azathioprine. Int J Trichol 2010;2:110-2

Comment citer cette URL:
Joshi R, Singh S. Plica neuropathica (Plica polonica) suite à une pancytopénie induite par l’azathioprine. Int J Trichol 2010; 2:110-2. Disponible à partir de: https://www.ijtrichology.com/text.asp?2010/2/2/110/77523

Présentation  Haut

La Plica neuropathica est une affection rare qui se produit en raison d’une natte soudaine et complète des cheveux du cuir chevelu conduisant à la formation d’une masse de cheveux allongée et rigide qui ressemble à des dreadlocks.
Elle est historiquement connue sous le nom de Plica polonica ou tresse polonaise et résulte généralement de la négligence des soins capillaires. Les cheveux négligés et non peignés s’emmêlent irréversiblement et forment une masse de cheveux emmêlés, malodorants et humides et raides. Les patients ont souvent une capite de pédiculose et une inflammation du cuir chevelu associée. La Plica polonica se présente généralement sous la forme d’une masse allongée, ferme à dure et impénétrable, de kératine cimentée en permanence avec du pus, du sang, des lentes et de la saleté en croûte.

Le mécanisme exact de la natte n’est pas bien compris, mais les facteurs physiques et chimiques qui endommagent les tiges des cheveux peuvent jouer un rôle.
Le processus de nattes est essentiellement similaire au phénomène de « feutrage » qui se produit dans les industries de la laine et du textile dans lesquelles il y a compactage de fibres contiguës exposées à des dommages de surface et à des frottements. D’autres facteurs contributifs à la pathogenèse de cette maladie sont les cheveux longs, la division longitudinale et l’altération des cheveux, le frottement vigoureux des cheveux de manière rotatoire et l’utilisation fréquente de shampooings et de nettoyants capillaires agressifs. ,
L’autre mécanisme de développement de Plica est la négligence des soins capillaires, ce qui peut entraîner de graves infestations avec des exsudats qui en résultent, provoquant une natte des cheveux.
Des morbidités psychiatriques peuvent également entraîner le développement de Plica en raison de la négligence des cheveux, d’infestations secondaires et de croyances religieuses ou superstitieuses et un cas de Plica neuropathica a été décrit chez un patient malade du point de vue psychiatrique.
La Plica neuropathica affecte généralement des personnes en bonne santé, mais elle a été décrite chez une fille de 14 ans souffrant d’une maladie chronique et présentant une pancytopénie induite par l’azathioprine, en l’absence de shampooing ou de négligence prolongée des cheveux.
Notre cas est à notre connaissance le premier cas indien de Plica neuropathica suite à une pancytopénie due à l’azathioprine et le premier signalé avec des lésions cuticulaires de la tige pilaire ressemblant à Trichorrhexis nodosa.

Rapport de Cas  Haut

Une consultation dermatologique a été demandée pour une femme de 54 ans pour des plaintes de perte soudaine et sévère de cheveux du cuir chevelu avec des poils nattés conduisant à une masse allongée et incombrable de cheveux emmêlés.
Diabétique connue sous traitement régulier, elle a été admise à l’hôpital pour fièvre, ulcérations buccales et pancytopénie. Elle avait commencé à prendre de la prednisolone 10 mg par jour et de l’azathioprine 50 mg par jour pour sa maladie pulmonaire interstitielle au début du mois d’août 2010. Près d’un mois plus tard, au début de septembre 2010, elle a développé de la fièvre suivie 4 à 5 jours plus tard d’ulcères buccaux et de fatigue sévère et on lui a diagnostiqué une pancytopénie avec un nombre de WBC nettement réduit de 1000, N-15%, L-76%, E-1%, M-8%, Hb de 9,3 g et plaquettes 1,1 lakhs.

Lors de son interrogatoire, quelques jours avant son admission à l’hôpital, elle a développé une perte soudaine et importante de poils du cuir chevelu qui sont sortis en grappes principalement de l’avant du cuir chevelu. En essayant de se peigner les cheveux, les cheveux restants se sont emmêlés pour former une masse protubérante et rigide allongée s’étendant vers le bas à partir de l’arrière du sommet de sa tête.
Il n’y avait pas de prurit associé ou de douleur du cuir chevelu.
Elle niait les antécédents de poux et se lavait le cuir chevelu une fois par semaine avec un shampooing ordinaire. Il n’y avait aucune histoire d’utilisation d’un traitement chimique pour ses cheveux comme des stries ou un lissage des cheveux dans le passé.
À l’examen, elle présentait une alopécie non cicatricielle étendue touchant les deux tiers moyens du cuir chevelu s’étendant de la marge du poil frontal jusqu’au sommet, une masse allongée et rigide de cheveux emmêlés s’étendant vers le bas à partir de la région occipitale, qui, à un examen plus approfondi, était constituée de cheveux emmêlés emmêlés d’apparence rugueuse mais sans lentes, poux ou croûtes adhérents.

Figure 1: Alopécie étendue non cicatricielle impliquant les deux tiers antérieurs du cuir chevelu
Cliquez ici pour voir
Figure 2: Masse allongée de poils raides et enchevêtrés (Plica)
Cliquez ici pour voir
Figure 3: Gros plan de cheveux emmêlés
Cliquez ici pour voir

Le test de traction des cheveux a montré peu de poils avec des racines anagènes.
L’examen des cheveux coupés de la Plica a révélé des tiges capillaires présentant des fractures irrégulières, nodales et superficielles de la tige capillaire ressemblant à Trichorrhexis nodosa, avec des fractures irrégulières et un ébouriffement de la cuticule capillaire et un aspect sombre et vide de ces zones de lésions cuticulaires sous lumière polarisée.

Figure 4: Rupture focale de la cuticule superficielle ressemblant à Trichorrhexis nodosa
Cliquez ici pour voir
Figure 5: Puissance plus élevée des dommages à la tige du cheveu
Cliquez ici pour voir
Figure 6: Aspect sombre et vide de la zone endommagée de la tige du cheveu sous une lumière polarisée, le reste de la tige apparaissant brillant sur un fond noir
Cliquez ici pour voir

Son séjour à l’hôpital s’est déroulé sans incident. L’azathioprine a été arrêtée et elle a été prise en charge par des mesures de soutien et ses comptes sont progressivement revenus à la normale en une semaine et elle est sortie de l’hôpital.

Son état capillaire est resté le même, on lui a expliqué la nature de sa perte de cheveux et on lui a conseillé de se faire couper la masse de cheveux pliée car il n’y avait pas de traitement efficace pour démêler la masse adhérente.

Discussion  Haut

Notre cas est similaire dans la présentation à un cas rapporté de Plica neuropathica chez une fille de 14 ans qui avait plusieurs maladies chroniques et qui a développé une perte soudaine de cheveux et de Plica à l’hôpital pour le traitement de la pancytopénie due à l’azathioprine.
La perte de cheveux soudaine et étendue des deux tiers antérieurs du cuir chevelu chez notre patient peut être due à un effluvium anagène secondaire à une toxicité de l’azathioprine et à des lésions cuticulaires subséquentes.
Dans les effluves d’anagène, généralement induits par des médicaments anticancéreux, la perte de cheveux est induite par un arrêt brutal de l’activité mitotique dans les cellules de la matrice capillaire à division rapide, de sorte que soit aucun cheveu n’est produit, soit une tige capillaire rétrécie et défectueuse est produite et la perte de cheveux est évidente dans les jours à semaines suivant l’administration du médicament.
Cependant, l’azathioprine n’est normalement pas connue pour être une cause d’effluvium anagène et il est possible que la pancytopénie soudaine subie par le patient ait entraîné des lésions de la tige capillaire entraînant une perte de cheveux et des lésions cuticulaires de la tige capillaire entraînant le développement de Plica.
Les résultats de lésions cuticulaires de la tige capillaire ressemblant à Trichorrhexis nodosa n’ont pas été décrits auparavant. Les lésions cuticulaires observées au microscope sous la forme de cassures irrégulières en lambeaux dans la cuticule peuvent avoir prédisposé à une natte des cheveux qui a entraîné le développement de la Plica.
En conclusion, nous décrivons un cas de Plica neuropathica qui s’est développé à la suite d’une perte de cheveux soudaine et étendue du cuir chevelu associée à une pancytopénie induite par l’azathioprine.
Il ne s’agit probablement que du deuxième cas de Plica neuropathica associé à une pancytopénie induite par l’azathioprine dans la littérature et inhabituel en ce sens qu’il n’est pas dû à une négligence et à un mauvais soin des cheveux ou à un shampooing trop zélé des cheveux, mais à une lésion cuticulaire de la tige capillaire secondaire à la pancytopénie et à l’alopécie induites par l’azathioprine.

 Haut

Tresse polonaise. Disponible auprès de: http://en.wikipedia.org/wiki/Polish_plait. .  Retour au texte cité non. 1
Bogaty H, Dunlap FE. Nattes de poils, Arch Dermatol 1970; 101:348-51.  Retour au texte cité non. 2
Al Ghani MA, Geilen CC, Blume-Peytavi U, Orfanos CE. Nattes de cheveux : Une énigme multifactorielle. Dermatologie 2000; 201:101-4.  Retour au texte cité no. 3
Dawber R. Nattes des cheveux du cuir chevelu dues au shampooing: Une hypothèse quant à la cause. Clin Exp Dermatol 1984; 9:209-11.  Retour au texte cité non. 4
Suresh Kumar PN. Anthony B, Chakravarthy A, Koyamu KA. Plica neuropathica (polonica) dans la schizophrénie: Rapport de cas et revue de la littérature. Indien J Psychol 2001; 43:281-3.  Retour au texte cité non. 5
Kwinter J, Weinstein M. Plica neuropathica: Nouvelle présentation d’une maladie rare. Clin Exp Dermatol 2006; 31:790-2.  Retour au texte cité non. 6
Susser WS, Whitaker-Worth DL, Grant-Kels JM. Réactions mucocutanées à la chimiothérapie. J Am Acad Dermatol 1999; 40:367-98.  Retour au texte cité non. 7

Chiffres

, , , , ,

Cet article a été cité par
1 Un effet secondaire inhabituel de l’azathioprine
P. Gupta, F. Shaffrali
Dermatologie Clinique et expérimentale. 2015;: sans objet
|
2 Plica neuropathica (polonica): Caractéristiques cliniques et dermoscopiques
Ghodake, N.-B. et Singh, N. et Thappa, D.M.
Journal Indien de Dermatologie, vénéréologie et Léprologie. 2013; 79(2): 269

 Haut

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.