Psaume 124:1 Commentaires: Un Chant d’Ascensions, de David. « Si le SEIGNEUR n’avait pas été de notre côté », qu’Israël dise maintenant,

EXPOSITORY (BIBLE ANGLAISE)

124:1-5 Dieu souffre parfois les ennemis de son peuple pour l’emporter très loin contre eux, afin que sa puissance se voie d’autant plus dans leur délivrance. Heureux le peuple dont le Dieu est Jéhovah, un Dieu tout-suffisant. En plus de l’appliquer à toute délivrance particulière opérée à nos jours et dans les temps anciens, nous devrions avoir dans nos pensées la grande œuvre de rédemption de Jésus-Christ, par laquelle les croyants ont été sauvés de Satan.Si ce n’était l’Éternel qui était de notre côté, À moins que ce ne soit l’Éternel qui soit avec nous. L’idée est que quelqu’un avait été avec eux et les avait délivrés, et que la nature de l’interposition était telle qu’elle ne pouvait être attribuée à personne d’autre que l’Éternel. Il portait des preuves incontestables qu’il s’agissait de son œuvre. La délivrance était d’une telle sorte qu’elle aurait pu être accomplie par lui seul. De telles choses se produisent souvent dans la vie, lorsque l’intervention en notre faveur est si remarquable que nous ne pouvons l’attribuer à personne d’autre que Dieu.

Maintenant qu’Israël le dise – Qu’Il le dise bel et bien. Le danger était si grand, leur impuissance était si manifeste, et la délivrance était si clairement l’œuvre de Dieu, qu’il était juste de dire que si cela ne s’était pas produit, la ruine aurait été inévitable et entière.

PSAUME 124

Ps 124:1-8. L’écrivain, pour l’Église, loue Dieu pour le passé et exprime sa confiance pour l’avenir, la délivrance des ennemis.

1, 2. de notre côté — pour nous (Ps 56, 9).

maintenant – ou, « oh! qu’Israël »

1 Si ce n’était le Seigneur qui était de notre côté, maintenant qu’Israël dise:

2 Si ce n’était pas le Seigneur qui était de notre côté, quand les hommes se sont soulevés contre nous:

3 Alors ils nous avaient engloutis rapidement, quand leur colère s’était enflammée contre nous:

4 Alors les eaux nous avaient submergés, le ruisseau était passé sur notre âme:

5 Alors les eaux orgueilleuses étaient passées sur notre âme.

Psaume 124:1

 » Si ce n’était pas l’Éternel qui était de notre côté, maintenant qu’Israël le dise. »La phrase d’ouverture est abrupte et reste un fragment. Par un tel commencement, l’attention a été éveillée ainsi que le sentiment exprimé: et c’est toujours la voie du feu poétique – éclater dans une flamme incontrôlable. Les nombreux mots en italique dans notre version autorisée montreront au lecteur que les traducteurs ont fait de leur mieux pour corriger le passage, qui, peut-être, aurait mieux valu être laissé dans sa grandeur brisée, et qu’il se serait alors déroulé ainsi: –

« N’eût été Jéhovah ! Il était pour nous, oh laissez Israël dire!

N’avait-il pas été Jéhovah ! Celui qui était pour nous quand les hommes se sont soulevés contre nous. »

Le Seigneur glorieux est devenu notre allié; il a pris notre part et a conclu un traité avec nous. Si Jéhovah n’était pas notre protecteur, où serions-nous ? Rien d’autre que sa puissance et sa sagesse n’aurait pu nous protéger de la ruse et de la méchanceté de nos adversaires; par conséquent, que tout son peuple le dise, et lui donne ouvertement l’honneur de sa bonté qui préserve. Voici deux « si », et pourtant il n’y a pas de « si » en la matière. Le Seigneur était de notre côté, et est toujours notre défenseur, et le sera désormais, même pour toujours. Exultons avec une sainte confiance dans ce fait joyeux. Nous sommes beaucoup trop lents à déclarer notre gratitude, d’où l’exclamation qui devrait être faite « , dit Israël. »Nous murmurons sans être remués, mais notre action de grâce a besoin d’un coup de pouce, et c’est bien quand un ami chaleureux nous demande de dire ce que nous ressentons. Imaginez ce qui se serait passé si le Seigneur nous avait quittés, puis voyez ce qui s’est passé parce qu’il nous a été fidèle. Tous les matériaux d’une chanson ne se répandent-ils pas devant nous? Chantons au Seigneur.

Psaume 124:2

 » Si ce n’était le Seigneur qui était de notre côté, quand les hommes se sont soulevés contre nous. » Quand tous les hommes se sont réunis, et que toute la race des hommes semblait décidée à anéantir la maison d’Israël, que devait-il se passer si le Seigneur de l’alliance ne s’était pas interposé? Quand ils se sont remués et se sont combinés pour attaquer notre tranquillité et notre sécurité, qu’aurions-nous fait en leur ressuscitant si le Seigneur ne s’était pas aussi levé? Personne qui pouvait ou voulait aider n’était proche, mais le bras nu du Seigneur suffisait à préserver le sien contre toutes les armées d’adversaires liguées. Il n’y a aucun doute quant à notre libérateur, nous ne pouvons attribuer notre salut à aucune cause seconde, car cela n’aurait pas été égal à l’urgence; rien de moins que la toute-puissance et l’omniscience auraient pu opérer notre sauvetage. Nous plaçons tous les autres demandeurs d’un côté, et nous nous réjouissons parce que le Seigneur était de notre côté.

Psaume 124:3

 » Puis ils nous avaient engloutis rapidement quand leur colère s’était enflammée contre nous. »Ils étaient si impatients de notre destruction qu’ils n’auraient fait qu’un morceau de nous, et nous auraient engloutis vivants et entiers en un seul instant. La fureur des ennemis de l’Eglise s’élève au plus haut niveau, rien ne les contentera que l’anéantissement total des élus de Dieu. Leur colère est comme un feu qui s’est enflammé, et qui s’est emparé si fermement du combustible qu’il n’y a point de l’éteindre. La colère n’est jamais plus ardente que lorsque le peuple de Dieu en est l’objet. Les étincelles deviennent des flammes, et la fournaise est chauffée sept fois plus chaude lorsque les élus de Dieu doivent être poussés dans le brasier. Le monde cruel mettrait un terme complet à la postérité pieuse si Jéhovah n’interdisait pas le chemin. Lorsque le Seigneur apparaît, les gorges cruelles ne peuvent pas avaler, et les feux consumants ne peuvent pas détruire. Ah, si ce n’était pas Jéhovah, si notre aide venait de toutes les créatures unies, il n’y aurait aucun moyen de nous échapper: c’est seulement parce que le Seigneur est vivant que son peuple est vivant.

suite…L’ARGUMENT
Ce Psaume a été composé par David au nom et à l’usage de toute l’Église et du peuple d’Israël, en remerciement pour leur délivrance d’un danger éminent ou de dangers d’ennemis fiers et puissants. Ils en avaient beaucoup à l’époque de David; mais lequel d’entre eux est ici destiné est difficile à déterminer et ne vaut pas la peine d’être interrogé.
L’Église établit la miséricorde de Dieu pour une délivrance miraculeuse, hors du danger apparent des ennemis puissants, Psaume 124:1-5, et le bénit pour cela Psaume 124:6-8.
Aucun texte de Poole sur ce verset.

Si ce n’était le Seigneur qui était de notre côté,…. Ou, « était pour nous » (h). La version syriaque est, « qui se sont levés pour nous »; contre leurs ennemis, qui se sont levés contre eux, comme dans Psaume 123:2, ou, « était avec nous », comme Kimchi et Ben Melech; pour aider et aider, soutenir et fournir, renforcer et défendre: ou, « était parmi nous », comme la version arabe; comme leur Roi, Protecteur et Sauveur. Cela implique qu’il était à leurs côtés; était pour eux, avec eux et parmi eux, et prenait leur part contre leurs ennemis; voir Psaume 118:6; que s’il n’avait pas fait, leur cas aurait été misérable et déplorable; ou si un autre avait pris leur part, et non lui, qu’ils soient ce qu’ils veulent, anges ou hommes. Si Dieu est du côté de nous, peu importe qui est contre nous; mais s’il n’est pas de notre côté, ou contre nous, cela ne signifie rien qui est pour nous; voir Romains 8:31. Cela suggère que le cas d’Israël était maintenant si désespéré et si angoissé que seul le Seigneur lui-même pouvait les aider. Jéhovah est du côté de son peuple dans un sens spirituel, sinon ce serait mauvais pour eux: Dieu le Père est de leur côté; son amour et sa relation avec eux l’engagent à l’être; d’où toutes ces bonnes choses qui leur sont fournies et qui leur sont accordées ; il ne souffrira pas non plus de leur faire du mal, elles lui étant aussi chères que la prunelle de ses yeux; c’est pourquoi il leur accorde sa présence gracieuse, les soutient dans toutes leurs épreuves et leurs exercices, pourvoit à tous leurs besoins, et les garde par sa puissance, et les préserve de tous leurs ennemis; de sorte qu’ils n’ont rien à craindre d’aucun quartier: Christ est à leurs côtés; il est la caution pour eux, le Sauveur d’eux; a pris leur part contre tous leurs ennemis spirituels, le péché, Satan, le monde et la mort; s’est engagé avec eux et les a vaincus; il est le Capitaine de leur salut, leur Roi à leur tête, qui les protège et les défend ici, et est leur ami dans la cour du ciel; leur Avocat et Souverain Sacrificateur intercédant là-bas, qui plaide leur cause contre Satan et obtient toute bénédiction pour eux: l’Esprit de Jéhovah est à leurs côtés, pour accomplir sa propre œuvre en eux; pour les aider dans leurs prières et leurs supplications; pour les protéger des tentations de Satan; pour leur établir un étendard, lorsque l’ennemi arrive comme un déluge sur eux; et pour les consoler sous toutes leurs coulées vers le bas; et pour les préparer et les mettre en sécurité au ciel; mais n’en était-il pas ainsi, que deviendrait-il d’eux?

maintenant, qu’Israël le dise; c’était un cas public que le psalmiste rapporte ici, dans lequel tout Israël était concerné; et qu’il appelle à en prendre connaissance, et leur indique quoi dire à cette occasion.

(h) « pro nobis », Vatablus.

> Si ce n’était pas le SEIGNEUR qui était {a} de notre côté, maintenant qu’Israël le dise;

(a) Il montre que Dieu était prêt à aider en cas de besoin et qu’il n’y avait pas d’autre moyen d’être sauvé, mais par ce seul moyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.